Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

Bonjour à tous !

      Aujourd’hui on va parler d’un roman que j’ai lu dans le cadre du challenge Cold Winter à cause de son titre : Quand souffle le vent du nord. Au final il n’avait pas grand chose à voir avec l’hiver mais je suis très contente de l’avoir lu malgré tout puisqu’il traînait dans ma PAL depuis 3/4 ans il me semble !

couv64321365

Résumé :

      En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d’adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s’excuse, et, peu à peu, un dialogue s’engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s’étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l’un pour l’autre une certaine fascination. Alors même qu’ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l’autre… De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d’un chagrin d amour. Un jour, pourtant – enfin ! –, ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s’imposent une règle : reconnaître l’autre qu’ils n’ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler…

Mon avis :

     J’aime beaucoup les romans épistolaires car cela rend souvent les lectures plus légères et plus rapide aussi. Ici, c’est un roman épistolaire plutôt moderne puisque ce ne sont pas des lettres mais bien des mails qui sont échangés entre Léo Leike et Emma Rothner. L’histoire commence par un heureux hasard puisque les deux ne se connaissent seulement parce que Emma a fait une faute d’orthographe dans l’adresse mail du magazine qu’elle veut résilier, son mail tombant ainsi dans la boîte mail de Léo. Suite à cela des liens vont se nouer, tout d’abord cordiaux puis amicaux et enfin une relation très spéciale va se tisser entre les deux à travers la multitude de mails qu’ils s’échangent quasiment tous les jours. Seulement, leur relation se crée uniquement autour de ces mails puisqu’ils mettent tous les deux un point d’honneur à ne surtout pas se rencontrer. Emmi est mariée et heureuse, Léo Leike sort d’une relation difficile pourtant les deux vont trouver chez l’autre ce qui leur manque au quotidien. Ils deviennent ainsi addicts à leur boîte mail et au personnage virtuel qu’ils s’imaginent chacun derrière leurs clavier. Ce roman est assez addictif puisque bien sûr, leur relation l’est et on veut sans cesse connaître le fin mot de l’histoire : vont-ils finalement se rencontrer ??? Cela part vraiment bien mais le problème majeur de ce roman, c’est les répétitions. Chaque fois qu’on pense avancer un peu, on fait au final du sur-place et au bout d’un moment cela devient vite lassant. Je n’ai pas compris le personnage de Emma qui ne sait définitivement pas ce qu’elle veut, jouant ainsi avec les nerfs de ce pauvre Léo et des miens aussi du coup. Cependant, j’admire toujours l’écriture de Daniel Glattauer que j’avais découvert avec A toi pour l’éternité que j’avais beaucoup aimé. Le roman est bien écrit, il se lit très vite et surtout même si la fin est très prédictible (je vous dirais juste que c’est bien fait pour sa pomme), on a envie de savoir ce qu’il va se passer ensuite et donc de se plonger dans la suite : La Septième Vague que je compte me procurer très bientôt !

Je le recommande à tout ceux qui aime les histoires d’amour spécialisées dans le compliqué ! 😀

Citations :

Cher Léo, j’abandonne le « Leike ». Vous pouvez donc oublier le « Rothner ». J’ai trouvé vos mails d’hier tout à fait savoureux, je les ai lus plusieurs fois. J’aimerais vous faire un compliment. Je trouve fascinant que vous soyez capable d’engager la conversation avec une personne que vous ne connaissez pas du tout, que vous n’avez encore jamais vue et que vous ne verrez probablement jamais, de qui vous n’avez rien à attendre, et cela sans savoir si elle vous répondra de la même manière. C’est une attitude atypique chez les hommes, que j’apprécie chez vous. 

Vous êtes comme une deuxième voix en moi, qui m’accompagne au quotidien. Vous avez fait de mon monologue intérieur un dialogue. Vous enrichissez ma vie spirituelle. Vous remettez en question, vous insistez, vous parodiez, vous vous opposez à moi. Je vous suis reconnaissant pour votre esprit, pour votre charme, pour votre vivacité, et même pour votre « mauvais goût ». 

Concernant le challenge 2016, ce roman m’a permis de rayer : un livre qui évoque une forme d’addiction ! 🙂

 

Publicités

14 réflexions sur “Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s