Tag : Qui a peur du grand méchant livre?

Bonjour à tous !

       Juliette du blog Petite Plume m’a tagué pour le Tag « Qui a peur du grand méchant livre? » et à vrai dire ça tombe bien puisque justement, j’en ai peur ! Non sérieusement, la taille ne compte peut-être pas pour tout mais en tout cas, en matière de livres, elle compte réellement ! :p

       Le principe est simple, je dois citer 5 livres qui me rebutent de part leur volume (plus de 600 pages) et 5 autres petits livres (moins de 200 pages) que j’ai beaucoup aimés !

  • La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker (855 pages)

Couverture La vérité sur l'Affaire Harry Québert

      Je m’en veux vraiment de pas l’avoir commencé étant donné que je le voulais depuis longtemps, qu’on me l’a offert et qu’en plus je ne compte pas le nombre d’avis positifs que j’ai pu lire dessus ! C’est sûrement le pavé qui est le plus au top de ma PAL, j’attends juste la motivation maintenant ^^

  • Outlander tome 1 de Diana Gabaldon (852 pages)

Couverture Le chardon et le tartan, tome 1

       S’il y a quelque chose de pire que les pavés, ce sont bien les séries de pavés. Outlander en est une qu’il me tarde de commencer et en même temps que j’ai peur de commencer. Voici ce qu’on pourrait appeler le paradoxe du pavé 🙂

  • Le Rouge et le Noir de Stendhal (607 pages)

Couverture Le Rouge et le Noir

       Le pavé classique, je pense que c’est le pire d’entre tous. depuis le temps que je vois celui-ci trôner dans ma bibliothèque en me disant : « faudrait quand même que je le lise un jour » mais je n’en ai jamais le courage, je crois qu’il va rester là encore un certain temps. ! ^^

  •   Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia ( 731 pages)

Couverture Le Club des incorrigibles optimistes

       Celui-ci aussi j’en ai beaucoup entendu parler et je suis sûre qu’il est très intéressant (chronique des années 60), il faudrait seulement que je l’entame un jour !

  • Une place à prendre de J.K. Rowling

    Couverture Une place à prendre

    Alors pour celui-là j’ai honte, vous connaissez sûrement ma passion pour les Harry Potter donc forcément je me devais de lire ses autres livres. Je me suis d’ailleurs jetée dessus dès sa sortie. Puis j’ai eu peur d’effacer le mythe en le lisant surtout que j’en ai entendu pas mal d’avis mitigés et c’est ainsi qu’il est devenu un des gros pavés qui traîne et qui prend de la place dans ma bibliothèque…

        Voici pour les 5 pavés, c’est juste une question de temps je pense, une fois lancée, je suis sûre que je serai contente des les avoir lu (au moins pour ma satisfaction personnelle) ! 😉

    Concernant les 5 petits livres que j’ai appréciés, et ce n’était pas facile de les trouver puisqu’en fait, j’ai remarqué que je lis surtout des livres de taille moyenne. ^^

Couverture Le plus petit baiser jamais recensé

    Comme tous les livres de Mathias Malzieu : beau, poétique, tendre, touchant, une petite pépite de bonheur à l’état littéraire.

Couverture 84, Charing Cross Road

      Une correspondance très sympathique entre une passionnée de littérature vivant à New-York et un libraire de Londres dans les années 1950.  

Couverture Comment (bien) rater ses vacances

       Le premier tome d’une saga pour ado que j’avais adoré. Frais et drôle, il se lit très vite !

Couverture Victoria rêve

      Un petit livre très jeunesse mais superbement bien écrit sur l’amour de la lecture et les pouvoirs de l’imagination.

      Et voilà, j’espère que ce TAG vous aura plus, dites moi en commentaire si la taille d’un livre peut vous bloquer comme elle me bloque moi. ^^ Je ne sais absolument pas qui a déjà été tagué pour ce TAG donc je choisi Alice du blog Pumpkinbean, Loolsy du blog Lis tes Ratures et Anaïs de La route des lecteurs ! 🙂

L’histoire épatante de M. Fikry & autres trésors de Gabrielle Zevin

 

Bonjour à tous !

     Aujourd’hui je vous parle d’un roman que j’ai connu par hasard. J’ai lu sa quatrième de couverture et bien sûr quand j’ai vu que ça parlait de livres, d’un libraire etc, j’ai tout de suite voulu l’acheter. D’autant plus que Gabrielle Zevin est une auteur que je devais découvrir depuis longtemps, j’en ai donc profité avec ce roman qui est son tout dernier. Je suis pourtant toujours un peu déçue quand je lis des livres sur le thème du métier de libraire puisqu »il me tient à coeur et que je le trouve souvent mal représenté.  Mais finalement, je me dis que j’ai eu un très bon instinct avec ce livre !

 Couverture L'histoire épatante de M. Fikry et autres trésors

Résumé :

       A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire. Un libraire misanthrope et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux. L’irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu’elle grandisse au milieu des livres et l’a donc laissée dans les rayons de l’unique librairie d’Alice Island. C’est ainsi qu’A.J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique. Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir quer les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n’arrivent pas que dans les livres.

Mon avis :

        Ce roman est tout simplement une petite pépite. Il parle magnifiquement bien de l’amour pour la lecture, du métier de libraire et de bien d’autres choses encore. On y suit A.J. Fikry, libraire un peu bourru et très peu avenant au départ, se lier d’affection pour une enfant qu’il découvre un soir dans sa librairie visiblement abandonnée là par sa mère. A.j. va lui transmettre la passion de la lecture et va s’épanouir avec elle dans cette librairie où ils vont vivre une vie hors du commun qui va être rythmée par bien des événements. Gabrielle Zevin sait à merveille décrire les émotions et se glisse parfaitement dans la peau de tout ses personnages qui sont en apparence très différents mais pourtant tous unis autour d’une même passion qui est celle de la lecture. J’ai aussi particulièrement aimé le fait que Gabrielle Zevin ne prennent pas ses lecteurs pour des imbéciles en lui pré-mâchant les mots mais qu’elle nous laisse au contraire des parcelles de « non-écrit » pour qu’on puisse comprendre certaines choses par nous même. Bref j’ai eu un véritable coup de coeur avec ce roman qui restera certainement une de mes lectures préférées car elle illustre un peu tout ce en quoi je crois et tout ce que j’aime. Pour finir comme le dit si bien A.J : « on écrit plus facilement sur ce qu’on déteste, sur les imperfections  que sur ce qu’on aime », je préfère donc vous laisser vous faire vous même votre propre idée sur ce roman ! 😀

Citations (j’aurais pu en citer des tonnes ^^ )

 « Il suffit de poser une seule question pour percer quelqu’un à jour : quel est ton livre préféré ? »  

« Il me semble que je m’attendris en prenant de l’âge. Ce type de réaction prouve aussi qu’il y a un moment pour tout. Souviens-toi, Maya: les choses qui nous émeuvent à vingt ans ne sont pas celles qui nous touchent à quarante et vice versa. C’est valable pour les livres comme dans la vie »

«  On lit pour se rappeler qu’on n’est pas seul. On lit parce qu’on est seul. On lit, et on n’est plus seul. On n’est pas seul. »

« chaque livre est unique conclut-il. Il faut en lire beaucoup. Il faut y croire et accepter une déception occasionelle pour pouvoir goûter à l’exaltation. »

     Enfin, concernant le challenge, ce roman m’a permis de rayer : un livre dans lequel le protagoniste a les mêmes occupations que toi ! 🙂

 

La Bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

Bonjour à tous !

     Aujourd’hui une nouvelle chronique pour un roman qui connait beaucoup de succès en ce moment : La Bibliothèque des cœurs cabossés, le premier roman de la suédoise : Katarina Bivald. Ce live me faisait vraiment envie quand il est sorti. Déjà parce que j’ai craqué pour sa couverture et comme j’adore les livres qui parlent de livres, je ne pouvais pas passer à côté. Ainsi lorsqu’on me l’offert, il était au top de ma pile à lire !

Couverture La bibliothèque des coeurs cabossés

 Résumé :

     Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.  Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire…

Mon avis :

     Au final, comme souvent lorsque j’attends beaucoup d’un livre, je suis un petit peu déçue. En soi, j’ai aimé ce livre au point d’avoir un petit coup de cœur mais pas autant que je l’aurais aimé. Comme beaucoup l’ont soulignés, c’est un très bon roman « feel good » c’est à dire qu’il n’en ressort que du positif. On est plongés dans l’ambiance d’une petite ville de l’Iowa délaissée et peuplée d’individu aussi différents qu’adorables. J’ai beaucoup plus aimé la deuxième partie que la première car c’est dans celle là qu’il se passe le plus de choses. En effet, la première est plutôt longue à démarrer et j’ai eu du mal à accrocher. L’héroïne à laquelle je pensais m’attacher vu que l’on a beaucoup de points communs (les livres et la librairie) est en fait mon opposée car elle vit plutôt égoïstement avec ses livres, du moins au départ. L’histoire est un peu clichée aussi, les personnages sont souvent stéréotypés mais ils n’en restent pas moins très attachants. J’ai surtout aimé la romance et tous les quiproquos de la fin. Bref, c’est un bon roman qui met en valeur l’importance des livres et de la lecture même lorsque l’on pourrait penser que ce n’est pas nécessaire. Je vous le recommande si vous voulez passer un agréable moment de lecture avec une tasse de thé, ou que vous aimez les livres qui parlent de livres tout simplement ! 🙂

Citations :

Quelle terrible prise de conscience : savoir qu’il y avait tant de livres qu’elle ne toucherait jamais, tant d’histoires qui se poursuivraient sans elle, tant d’auteurs anciens qu’elle n’aurait pas le temps de découvrir !

Tu sens? L’odeur des livres neufs. Des aventures pas encore lues. Des amis dont on n’a pas encore fait la connaissance, des heures d’escapade hors de la réalité qui attendent.

Concernant le challenge, ce livre m’a permis de rayer : un livre écrit par un auteur que vous n’aviez jamais lu auparavant ! 🙂

TAG : « Tu préfères… »

Bonjour à tous !

decisions

       Aujourd’hui je vous fait part d’un TAG très sympathique que j’ai trouvé sur plusieurs chaînes youtube comme celle de Margaud Liseuse. Comme d’habitude je ne tague personne ou plutôt tout le monde car vous êtes tous invités à le reprendre ! x)

1) Lire des trilogies ou des « stand alones » ou « one shots » ?

J’ai une large préférence pour les one shots parce que je suis une piètre suiveuse de romans en séries, il me faut parfois des années avant de finir une de celles que j’ai commencé. Au moins avec les romans seuls, il n’y a aucune contrainte ! 😉

2) Lire des auteurs féminins ou des auteurs masculins ?

Je ne me suis jamais posée la question mais c’est vrai que j’ai tendance à lire plus de romans écrit par des femmes pour la bonne raison qu’il y en a davantage dans mes genres de prédilection comme la chick lit ou la jeunesse. Pourtant, bien sûr, ce n’est pas pour le sexe de l’auteur que je choisi tel ou tel livre. 🙂

3) Acheter tes livres en librairie ou sur Internet ?

Librairie définitivement, je souhaite devenir libraire tout de même ! x) J’aurais des raisons de choisir internet puisque j’habite au milieu de nulle part et pourtant cela ne m’a jamais tenté, je préfère cent fois l’ambiance des librairies et le contact avec les livres avant de les acheter !

4) Que les livres deviennes des films ou des séries ?

Pareil que pour la première réponse, je préfère les films car cela ne s’éternise pas trop et cela réduit surtout les chances d’avoir quelque chose de très mauvais x)

5) Lire 5 pages par jour ou 5 livres par semaine ?

5 livres par semaine serait le rêve, cela me permettrait enfin de diminuer ma PAL !

6) Devenir chroniqueur ou écrivain ?

J’aime de plus en plus vous écrire des chroniques mais mon rêve le plus grand reste de devenir écrivain ! 😀

7) Ne lire que tes 20 livres préférés tout le temps ou ne lire que des nouveaux livres ?

Lire des nouveaux livres.  Ce serait un peu redondant de lire ses livres préférés en permanence surtout que je les connais déjà par coeur et puis j’aime trop découvrir de nouvelles choses pour devoir m’en passer ! 🙂

8) Être bibliothécaire ou libraire ?

Ai-je vraiment besoin de répondre? :p  Etre bibliothécaire ne m’a jamais tenté, cela ne me correspond pas, je n’ai ni la patience ni le sens de l’organisation xD

9) Ne lire que ton genre préféré ou lire tous les genres sauf ton préféré ?

Difficile cette question, je pense que ce serait aussi ennuyeux à la longue de ne se cantonner qu’à un seul genre d’autant plus que mes goûts sont plutôt éclectiques, donc je trouverais de quoi me satisfaire dans les autres genres, je pense 🙂

10) Livres papier ou ebooks ?

Livres papier. Je n’ai jamais lu un seul ebook et je pense que je n’en lirais jamais car ce n’est pas mon truc, tout simplement ! x)

Le jeudi, c’est jeu livresque ! Semaine n°24

JeudiJeuLivresque

Le « jeudi c’est Jeu Livresque » est un rendez-vous mis en place par Secret Forbidden World !
Chaque jeudi, un nouveau défi, pour plus de détails, c’est
 ici !

Semaine n°24 : D’où vient votre amour pour la lecture?

    Mon amour pour la lecture vient sans aucun doute de mes parents. Lorsque j’étais petite ils ont veillé à ce que la lecture occupe une grande place dans mes activités et cela tombait bien car j’adorais ça. Je me souviens que lorsque l’on allait dans des librairies et que je pouvais choisir le livre de mon choix, c’était limite le paradis pour moi. Résultat : je repartais souvent avec plus de livres que je ne devais avoir au départ ! 😉 Du coup j’avais des livres fétiches dont je me souviendrais toujours. D’ailleurs je compte faire bientôt un top 10 de mes lectures d’enfant, dites moi si cela vous intéresserait ! 😉

TAG : The Book Blogger Test : je me confie à vous !

book-test

Bonjour à tous !

           Aujourd’hui je reviens avec un TAG que j’ai reprit sur le blog de bykimysmile, j’aime beaucoup les questions car cela va vous permettre d’en savoir un peu plus sur moi et sur mes habitudes littéraires !

        Je ne taguerais personne en particulier, mais n’hésitez pas à le reprendre car, comme d’habitude, je serais contente de découvrir vos réponses !

  • Le top 3 des choses qui t’exaspèrent dans les livres.

-La soi disant haute littérature qui se veut réservée à une élite.

-Les séries dont on ne voit pas la fin.

-Les couvertures tellement moches que l’on peut se demander si les maisons d’éditions ne demandent pas à leurs stagiaires de les réaliser sur Paint.

  • Décris l’endroit parfait pour lire.

Idéalement à la plage ou au bord de la piscine mais sinon, moins exotique, j’ai pris l’habitude de lire dans le train et je ne peux plus m’en passer pendant mes trajets maintenant.

  • 3 confessions livresques ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, je ne lis que très rarement la quatrième de couverture d’un livre avant de le commencer, je préfère souvent me réserver la pleine surprise. Alors comment je fais pour choisir mes livres me direz vous. Et bien, je fais confiance (peut être un peu trop ) aux critiques et aux avis que j’entends. Enfin, troisième confession et certainement la plus honteuse , je juge très souvent un roman par sa couverture. Oui, oui, je sais, mais bon je suis sûre que vous aussi vous iriez vers de belles couvertures avec de la couleur, du relief, de la brillance plutôt qu’un vieux moche tout pourri non ? 🙂

  • La dernière fois que tu as pleuré en lisant ?

Je suis une insensible de la lecture. Sérieusement autant je me suis transformée en fontaine devant le film de Nos étoiles contraires, autant le livre ne m’a pas arraché une seule larme. Pourtant je l’ai aimé tout autant… Donc la dernière fois que j’ai vraiment pleuré ça devait être pour Harry Potter, je pense.

  • Combien de livre sur ta table de chevet ?

Un seul, généralement un grand format car je me réserve les poches pour mes trajets !

  • Ton en-cas favori pendant que tu lis ?

Je ne mange pas souvent en lisant parce que je tiens trop à mes livres pour cela mais je m’autorise des bonbons ou un petit chocolat chaud de temps en temps:)

  • Trois livres que tu recommanderais à tout le monde.

Harry Potter de J.K Rowling, évidemment .

Avant toi de Jojo Moyes

Crime et châtiment de Dostoïevski

  • Une image de ton étagère préférée dans ta bibliothèque.

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que mes livres ne sont pas forcément tous dans ma bibliothèque principale, loin de là, pour la simple et bonne raison qu’elle est pleine à craquer. Alors je range mes livres là où il y a de la place et j’en invente quand il n’y en a pas.

DSCN1320[1]

Voilà ma cachette préférée, elle l’est car j’y met les livres auxquels je tiens le plus mais aussi parce que je pense que c’est celle qui est la mieux organisée !

  • Que signifie les livres pour toi, en 3 mots !

Plaisir, imagination, émotions.

  • Ton plus gros secret concernant la lecture ?

Mon plus gros secret qui n’en est d’ailleurs pas un du tout : je suis complètement accro aux livre. J’adore les découvrir, les acheter, choisir ma prochaine lecture, les lire, les ranger, les conseiller, les prêter, les retrouver et les regarder aussi… Je pourrais passer des heures à les regarder… Bref, j’en ai sûrement beaucoup plus que de raison et le pire c’est que je ne compte pas m’arrêter là. Mais bon chacun ses addictions n’est ce pas ? 😉

Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman

Bonjour à tous !

            Tout d’abord, je vous partage le lien vers la page facebook que je viens tout juste de créer pour mon blog : https://www.facebook.com/deliresetdeslivres. N’hésiter pas à liker si vous êtes sur ce réseau social ! Deuxième nouvelle, la page twitter arrivera très bientôt ! 😀

           Sinon, aujourd’hui je vais vous parler d’un roman qui est le deuxième que j’ai lu dans ma PAL de l’été et pour lequel j’ai eu un coup de coeur. il s’agit de Demain est un autre jour le premier roman de Lori Nelson Spielman. Décidément, en ce moment, je lis beaucoup de livres centrés sur une liste d’objectif de vie à atteindre, entre celui-ci et La liste de mes envies !

Couverture Demain est un autre jour

Résumé :

Qu’avez-vous fait de vos rêves de jeunesse ?
       À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list… Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque, et ses rêves d’adultes sont bien différents. Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Cela fait longtemps qu’elle y a renoncé, et de toute façon Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que…

Mon avis :

       J’ai nettement préféré celui-ci à La liste de mes envies. Si ce dernier laissait une vision très pessimiste de la vie, avec celui-ci c’est plutôt le contraire. En effet, Brett, l’héroïne du roman, se voit contraint malgré elle de changer sa vie du tout pour le tout. Si cela est un véritable enfer pour elle au début, cela va vite devenir une bénédiction car elle va se rendre compte que sa vie d’avant ne lui ressemblait pas du tout. J’ai beaucoup aimé la façon dont était raconté ce roman, Brett ne change pas du jour au lendemain mais construit sa nouvelle vie de façon progressive. Nous sommes perpétuellement, comme Brett, très perplexe sur ces bouleversements qu’elle se voit obligée d’accomplir dans sa vie. Ils nous paraissent au départ très grotesques mais on comprend au final qu’ils ne le sont pas tant que cela ! Brett est parfois assez agaçante mais en se mettant à sa place, on comprend très bien les raisons qui la pousse à agir et à penser de la sorte. En tout cas c’est un personnage auquel il est très facile de s’identifier.

       Ce roman nous fait réfléchir à notre propre vie et à nos choix qu’on pense peut-être bon pour nous mais qui finalement ne sont qu’une succession de circonstances qui ne nous ressemblent pas et surtout qui ne nous rendent pas heureux. Le message que transmet ce livre est plein d’optimisme : il ne faut pas hésiter à changer radicalement une chose dans notre vie même si cela peut paraître étrange ou ridicule, si on agit pour notre bonheur. Bref un roman qu’il ne faut pas hésiter à lire ! En plus, il devrait être adapté prochainement au cinéma ! 

Citations :

« Eleanor Roosevelt a dit un jour : Faites chaque jour quelque chose qui vous fait peur. Pousse-toi à réaliser les choses qui t’effraient, ma chérie. Prends des risques et vois où ils te mènent, car, grâce à eux, la vie vaut la peint d’être vécue. »

« Je frissonne. Pas étonnant que ma mère m’ait obligé à changer de direction, à m’éloigner de cette autoroute superficielle et trop rapide sur laquelle je fonçais. Le route que j’emprunte désormais est sans doute moins rapide, le paysage n’est peut-être pas aussi glamour mais, pour la première fois depuis des années, je prends plaisir au voyage. » 

Quand il s’agit de nos sentiments, inutile d’employer le conditionnel. Ils sont présents, point final.

Le journal d’Aurore de Marie Desplechin

Bonjour à tous!       

            Aujourd’hui je vais vous parler d’un journal intime, celui d’Aurore, une adolescente au caractère plutôt bien trempé! J’ai toujours apprécié les romans sous forme de journal intime, quand j’étais un peu plus jeune, j’avais dévoré la série « Journal d’une Princesse » de Meg Cabot. C’est agréable et rapide à lire et cela me rappelle quand j’écrivais le mien!  Ce journal intime est au départ une série de trois tomes mais il existe aussi un intégrale dont voici là couverture:

Capture

Résumé:

5 octobre ; Si quelqu’un n’avait pas remarqué le cadenas qu’il vient d’ouvrir en traître, je rappelle que ceci est mon journal intimement intime. Et que je maudis par avance toute personne qui y jettera les yeux. Qu’elle soit maudite jusqu’à la fin de sa vie, qu’elle ait des allergies, des pellicules et des appareils dentaires à élastiques.

7 octobre. Bon sang, j’ai une quantité industrielle de trucs à raconter. Mes journées sont bourrées d’événements. Quelquefois, j’ai l’impression qu’elles vont exploser. En plus, je ne sais jamais si je suis hyper excitée ou hyper malheureuse. Ma vie est un Himalaya d’hyper hésitations. 
Pendant trois ans, parmi les plus importants de sa vie, Aurore raconte à son journal ses expériences traumatisantes d’adolescente. Le premier rendez-vous amoureux, la tentative de fugue, les cours particuliers de maths, les vacances au camping, la naissance de son groupe de rock…

Mon avis:

        Aurore m’a énormément rappelé moi au même âge, surtout au niveau du caractère quelque fois un peu difficile à suivre! Dans son journal qui commence au début de son année de troisième, nous la suivons pendant trois années, grandir et mûrir peu à peu en faisant face aux problèmes auxquels les ados sont souvent confrontés que ce soit au niveau scolaire, familial ou amoureux. Ceci n’a rien de très original en soit mais Marie Desplechin met une telle dose d’humour et de cynisme tout en essayant d’éviter les clichés, que cela rend ce roman très plaisant et Aurore, une héroïne très attachante à laquelle il est très facile de s’identifier!

Bref, encore un journal intime que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

A lire lorsqu’on est ado ou même après!

 

Citations:

 


« Pour finir, c’est l’activité magasins qui a été retenue. Magasins est la moins chère : on n’est pas obligé d’acheter, alors que le cinéma ou la piscine, c’est payant dès le départ. »

« Forcément je l’aime, mais je me demande si je vais l’aimer tous les jours. »

« Le plus mauvais bulletin de l’histoire universelle du bulletin. À ce niveau, être nulle, c’est presque une gloire »

Le libraire de Régis de Sá Moreira

Bonjour à tous! Pour ceux qui ne le savent pas, libraire est le métier que je souhaite exercer plus tard, c’est donc pour cela que j’ai souhaité lire ce roman. Dans les livres, on ne parle que très rarement de librairies et encore moins des libraires, et pourtant les deux sont quand même intimement liés…Alors quand j’ai découvert Le libraire par hasard,  j’ai trouvé l’idée très originale et j’avais hâte de savoir comment le quotidien d’un libraire pouvait être raconté! 🙂

Le Libraire

Résumé:

Vous l’avez lu ?
– Oui, dit le libraire.
– Moi aussi, répondit le jeune homme.
Le libraire lui sourit. Le jeune homme prit confiance :
– Mais je l’ai offert à quelqu’un… à qui je n’aurais pas dû l’offrir.
– C’est difficile d’être sûr de ces choses-là, répondit le libraire.
– Oui, dit le jeune homme.
– Ne désespérez pas, dit encore le libraire. Certains livres sont à retardement…

Mon avis:

      Malheureusement ce livre n’a pas réussi à combler mes attentes, j’ai été assez déçue. Le libraire dont il est question dans ce roman est plutôt antipathique et n’a pas grand chose d’un libraire, il passe ses journées à lire et à boire de la tisane 24h/24, 7j/7 sans vraiment s’occuper de ses clients. Il est même assez aigri. Tout ceci  m’a un peu énervée au début puisque je ne l’ai absolument pas trouvé représentatif du métier de libraire. L’ambiance du livre en elle-même est assez étrange, rien n’est détaillé, le libraire n’a pas de nom, la ville, les clients non plus et on se demande si tout cela est bien réel. Tout est dit avec des termes simples et sans profondeur ce qui ne permet pas de s’y attacher. Finalement on le lit très vite et on tourne les pages sans retenir grand chose. Cela m’a laissé un grand sentiment de frustration puisque j’ai eu l’impression de ne pas avoir saisie toutes les subtilités du roman et je pense que  l’auteur n’a pas suffisamment été au bout de ses idées. Je m’attendais à de vraies situations clients/ libraires ce qui n’est pas du tout le cas. Je ne recommande donc pas ce livre à quelqu’un qui veut découvrir ce qu’est vraiment le métier de libraire.

       Pour conclure sur un point positif, il y a quand même une chose que j’ai aimée dans ce roman, c’est qu’il fait un très bel éloge de la lecture et des livres.  

Citations:

Dès qu’il ouvrait un livre, le libraire était heureux.
Ou du moins, il se sentait bien.
C’était presque une joie d’enfant.
C’était aussi une faiblesse.
Il avait l’impression que l’on s’occupait de lui, qu’on prenait soin de lui.
Pour tout dire, lorsque le libraire lisait un livre, il avait le sentiment d’être aimé.

En bon gardien, le libraire suivait la vie de ses livres, saluait ceux qui partaient et accueillait les nouveaux venus. Il veillait sur leur sommeil, sur leur propreté et vers midi, le libraire allait jusqu’à nourrir ses livres, c’est à dire qu’il en prenait quelques-uns au hasard et en lisait des passages aux autres, à voix haute, en marchant dans les allées.

Moka de Tatiana de Rosnay

Tatiana de Rosnay m’avait beaucoup touchée avec Elle s’appelait Sarah, l’histoire d’une petite fille juive de 10 ans qui se retrouve prise dans la rafle du Vel d’Hiv et est brutalement arrachée de ses parents, elle doit donc tenter de s’en sortir par elle même. Il est impossible de finir cette lecture sans être bouleversée. Du coup, ayant adorée son style et sa façon de raconter les choses, tout en finesse et simplicité,  j’ai voulu essayé Moka dont le sujet était aussi difficile.

Couverture Moka

Résumé:

     Justine mène une petite vie tranquille entre son mari, ses deux enfants et son boulot de traductrice free-lance. Mais un mercredi après-midi, tout bascule. Un chauffard renverse son fils en plein Paris, et prend la fuite, à bord d’une berline couleur moka. Malcolm sombre dans le coma, l’enquête piétine… Seule contre tous – ou presque, Justine veut découvrir la vérité. Jusqu’au bout. Et à n’importe quel prix.

Mon avis:

      Je n’ai pas eu de réel coup de coeur comme j’en ai eu un avec Elle s’appelait Sarah, mais ce livre m’a quand même profondément touchée. Même quand on n’est pas soit même parent, il est difficile de rester de marbre à cette histoire. Les sentiments de Justine sont tellement bien retranscrits que l’on vit sa peine à travers elle. On est toujours dans l’émotion sans tomber dans le mélodrame  Il y a même une certaine forme d’humour lorsque le thème du bi-culturalisme Français-Anglais est évoqué, ce qui permet d’alléger un peu le roman. On ne sait jamais comment on réagirait dans une telle situation, ici les parents le font chacun différemment:  d’un côté, il y a le père qui reste calme et patient et attend que la police fasse son travail, d’un autre il y a la mère, complètement déboussolée face à ce drame, elle remet toute sa vie en question mais elle va aussi montrer une force et un courage qu’elle ne soupçonnait pas en elle. La relation maternelle est au coeur du roman, on voit bien tout ce qu’une mère est capable de faire pour son enfant. En effet Justine part dans une quête qui paraît impossible aux premiers abords  pour savoir qui a fait ça à son fils et comprendre le pourquoi du comment. Tatiana de Rosnay sait créer un véritable suspens avec quelques retournements de situation ce qui   arrive à nous tenir en haleine jusqu’à la fin du roman même si  j’ai trouvé celle-ci trop rapide et aurait mérité qu’on s’y attarde un peu plus. En bref  Tatiana de Rosnay réussit à nous parler d’un thème difficile sans aller vers les clichés et les exagérations, ce qui réussit  à nous toucher encore plus.

Citation et extraits:

« Le plus dur, c’était de tenir. Tenir. Calquer le quotidien sur l’horreur qui nous arrivait. Et puis le réveil. Le moment où on ouvrait les yeux, on ne se souvenait de rien, on se sentait léger, du moins le croyait-on. Puis tout revenait. Le poids qui s’installait, qui étouffait »
« Comment les gens faisaient-ils pour tourner la page ? Les gens qui vivaient un malheur ? Les gens qui connaissaient le pire ? Comment faisaient-ils ? Peut-être qu’ils ne tournaient jamais la page. Peut-être que ces pages-là, les plus lourdes, les plus terribles, on ne les tournait pas. On devait apprendre à vivre avec. Comment ? »