Lucie et sa licorne de Dana Simpson

Bonjour à tous !

         Aujourd’hui je vais vous présenter une bande-dessinée jeunesse parue récemment chez 404 éditions, que j’ai eu la chance de recevoir lors de la dernière masse critique Babelio. J’étais très curieuse de découvrir celle-ci étant donné que moi, les licornes, ça me parle beaucoup ! 🙂

Résultat de recherche d'images pour

Résumé : 

     Lucie n’a pas beaucoup d’amis à l’école, elle est très introvertie. Mais sa vie change quand elle rencontre une licorne au bord d’un lac, piégée par son reflet dans l’eau. En lui jetant une pierre, Lucie sauve la licorne éblouie par sa propre beauté. Du coup, la petite fille a droit à un vœu, et quoi de mieux que d’avoir une licorne pour meilleure amie ? Voilà donc Lucie et Rosemarie embarquées dans des aventures aussi drôles qu’épiques, pour les enfants… et pour les plus grands !

Mon avis :

       Tout d’abord nous avons une introduction qui compare cette bande-dessinée avec Calvin et Hobbes et Snoopy et les peanuts. Même si je ne suis pas une grande connaisseuse de ses deux séries, je reconnais que le ton qui s’en dégage, mi-jeunesse mi-adulte est très présent dans Lucie et sa licorne. Nous suivons Lucie, fillette de 9 ans solitaire et un peu nerd sur les bords qui découvre par hasard une licorne dans la forêt et veut tout de suite s’en faire sa meilleure amie. S’ensuit toute une série de petites histoires entre Lucie et Rosemarie de Céleste Museau, une licorne au narcissisme totalement assumé et dotée d’un sarcasme à toute épreuve. Cette amitié improbable entre une petite fille peu sûre d’elle et une licorne beaucoup trop confiante, va peu à peu réussir à vaincre leurs difficultés à se comprendre mutuellement. Si les deux sont sans conteste des anti-héroïnes, nous ne pouvons que nous y attacher. Les points forts de cette BD sont sans aucun doute, ces références bien trouvées et ces gags qui tombent comme il faut. Cependant, ce n’est malheureusement pas le cas pour tous puisque certains retombent un peu comme un soufflé et je pense que cela est dû en grande partie à des problèmes au niveau de la traduction. Cependant, Lucie et sa licorne est typiquement le genre de BD que j’aurais aimé lire aux alentours de 10 ans et même plus âgée comme maintenant puisque certaines références sont, à mon sens, difficiles à comprendre pour un enfant.

Extrait :

licorne

Les filles au chocolat tome 1 : Cœur Cerise de Cathy Cassidy

Bonjour à tous !

     Aujourd’hui je vais vous parler du premier tome d’une série jeunesse que j’avais hâte de commencer : Les filles au chocolat de Cathy Cassidy. La série compte aujourd’hui 6 tomes et 4 hors séries donc je suis un peu en retard mais j’en ai entendu tellement de bons avis que j’ai pris enfin le temps de la commencer.

Couverture Les filles au chocolat, tome 1 : Coeur cerise

Résumé :

      Cherry, 13 ans, et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre filles : Coco, 11 ans ; les jumelles Summer et Skye, 12 ans, et Honey, 14 ans. Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse. Mais, à peine arrivée, elle craque bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey. Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter l’arrivée de son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d’une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles soeurs et le charme irrésistible de Shay…

Mon avis :

         Pour commencer, je pense que j’aurais aimé bien davantage cette série si j’avais eu l’âge à laquelle elle se destine, c’est à dire aux alentours de 12/13 ans. C’est typiquement le genre de série très féminine et fleur bleue que j’aimais lire à cet âge (dans le genre 4 filles et 1 jean ou Le journal d’une Princesse). Néanmoins, j’ai quand même pas mal apprécié ma lecture car le récit en lui même est plutôt original et sympathique. Nous prenons plaisir à suivre Cherry et son père se reconstruire une nouvelle vie au sein du clan très féminin des Tanberry et essayer de s’y intégrer tant bien que mal. Et puis, bien sûr, la fabrique de chocolats artisanaux est un plus pour la série pour ceux qui, comme moi, raffolent de chocolat. J’ai beaucoup aimé suivre ces personnages atypiques et aux grands cœurs que sont les sœurs Tanberry. Même Honey qui paraît à bien des égards très énervante mais qui, j’en suis sûre, deviendra un personnage très intéressant dans la suite de la série. J’ai par contre été assez vite lassée de la romance entre Cherry et Shay, le petit ami d’Honey qui est quand même très, très mielleuse et beaucoup trop peu crédible à mon goût. Il y aussi certaines répétitions et maladresses d’écriture que l’on retrouve souvent dans les romans jeunesse et qui tendent à gâcher le plaisir de la lecture. Malgré cela je trouve que c’est une chouette série pour les plus jeunes et je la continuerai de mon côté pour découvrir la suite des aventures des filles au chocolat ! 🙂

Extrait :

Après trois heures de route, la pluie cède la place à un grand soleil et un immense arc-en-ciel qui scintille au-dessus de l’autoroute. Nous nous arrêtons à une station-service pour prendre un café et un milk-shake, et manger en douce les sandwiches au fromage en les cachant sous la table de la cafétéria.
Je sors de mon sac les lettres envoyées par trois des filles de Charlotte – Skye, Summer et Coco – qui me parlent d’elles et me souhaitent la bienvenue. La lettre de Skye est écrite au stylo argenté sur du papier noir et parsemée de minuscules étoiles d’argent. Elle y décrit sa passion pour l’astrologie, l’histoire et les robes achetées dans les vides-greniers – super bizarre. Celle de Summer, en violet sur papier rose pâle, ne parle que de danse classique et de son rêve de savoir faire les pointes et de devenir danseuse étoile. La dernière lettre, celle de Coco, est rédigée au crayon sur un bout de papier déchiré qui a l’air d’avoir été mâchouillé par un chien, voire les deux. Coco est fan des animaux et adore grimper aux arbres. Elle m’explique qu’un jour, elle compte bien avoir un lama, un âne et un perroquet. Je ne sais pas vraiment si ces lettres me rassurent. Papa a déjà rencontré les filles. Mais pas moi, car les jours de congé qu’il a réussi à prendre pour aller dans le Sud sont toujours tombés en semaine, alors à chaque à chaque fois, j’ai été obligée de rester à Glasgow chez Mrs Mackie. Maintenant, je me dis que j’aurais préféré les connaître un peu.

Mon petit tour au SLPJ 2016 !

Bonjour à tous !

       Cette année, comme tous les ans depuis maintenant 4 ans, je me suis rendue au Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil. J’adore vraiment ce salon, l’ayant déjà fait en tant que professionnelle et en tant que visiteuse, je peux vous dire qu’il a une ambiance vraiment particulière qui me plaît vraiment. Cette année, cependant, j’y suis allée un petit peu en coup de vent et je n’ai pas eu le temps d’en profiter à fond. Il faut dire aussi que c’est la première année que j’y allais un samedi et que c’était une mauvaise idée vu le monde qu’il y avait… Néanmoins, je pense que ce salon lorsque l’on est amateur de littérature jeunesse (romans ados comme albums pour tout petits) est vraiment idéal tant au niveau de son prix (plein tarif de 5€ dont 4€ de chèque lire), tant au niveau de sa diversité et des auteurs et illustrateurs que l’on peut rencontrer en dédicace. Ma préférence va largement à celui là plutôt qu’au salon du livre de Paris qui est beaucoup plus cher mais également beaucoup trop lisse et guindé à mon goût. 

Bon trêve de suspens voici le bilan de mon passage qui même s’il a été rapide, a été plutôt productif ! 🙂

15319162_10211372777858127_4794469408674291192_n.jpg

Hugo de la nuit de Bertrand Santini qui était en compétition pour avoir la fameuse pépite du salon. J’ai surtout craqué pour sa couverture très belle et poétique.

Mille baisers pour un garçon de Tillie Colé : celui ci, j’en ai entendu beaucoup de bons avis même s’il à l’air très orienté ado girly tendance cucul la praline, je suis quand même très curieuse de le lire ! 😉

-Everything, Everything de Nicola Yoon : j’en avais aussi entendu beaucoup de positif et lorsque j’ai vu que Jennifer Niven (auteur de Tous nos jours parfaits) le recommandait, et bien je me suis dis que cela devait être une valeur sûre ( merci le marketing) ! x)

De cape & de mots de Flore Vesco : celui-ci, je le voulais depuis un petit moment déjà et je l’ai vu dans les sélections pour les prix (il me semble d’ailleurs qu’il en a reçu un mais je ne me souviens plus duquel). J’ai vraiment hâte de le lire maintenant !

Les lettres volées de Silène Edgar, un roman ado historique qui se passe au temps du Roi-Soleil et que j’ai eu la chance de me faire dédicacer ! 🙂

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais, celui-ci, j’en entend tellement de bien partout que je ne pouvais vraiment pas passer à côté. Le concept du roman ado écrit en vers à l’air vraiment sympathique et j’ai hâte de découvrir cela !

Et si… de Rebecca Donovan. C’est le deuxième roman que je me suis fait dédicacer lors du salon et j’en suis vraiment contente car même si je n’ai encore jamais lu aucun de ses romans, je sais qu’elle rencontre beaucoup de succès et je pense d’ailleurs que je vais pas tarder à succomber aussi !

The girl at midnight tome 2 de Melissa Grey, une série que j’avais commencé l’an passé et dont j’avais vraiment beaucoup aimé le premier tome, il me tardait donc de me procurer la suite.

Et pour finir :

-Billy Brouillard, Les comptines malfaisantes tome 3 : Histoire de chats de Guillaume Bianco. Chaque fois que je passe devant cette série d’albums, je me retiens vraiment de craquer car je trouve les objets livres hyper beaux. Donc là, lorsque j’ai vu que c’en était un qui parlait d’histoires de chats, je me suis forcément dit que je devais commencer par celui-ci !


Voilà c’est déjà tout ! Dites moi si vous aussi vous êtes allées faire un tour au salon ou si vous aimeriez y aller (ou non d’ailleurs ^^). Moi en tout cas, j’ai déjà hâte d’être à l’année prochaine ! 🙂

Furie de Joris Chamblain

Bonjour à tous !

Il y a quelques semaines, je participais à la masse critique de Babelio spéciale romans jeunesse et j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour recevoir un roman de Joris Chamblain, un auteur que je connaissais grâce à ma série BD jeunesse chouchou, Les Carnets de Cerise. J’avais donc hâte de découvrir un roman de cet auteur. 🙂

Couverture Furie

Résumé :

« Tout à coup, une forte sensation de chaleur venue de son ventre explosa et se diffusa dans tout son corps en s’insinuant dans ses muscles, jusqu’au bout de ses doigts. La sensation était inédite, mais elle lui fit du bien et la détendit complètement. Lou n’avait plus peur, se sentait parfaitement sereine. Elle avait presque envie de dormir. Elle reprit ainsi le dessus sur ses émotions et, bien que cela lui paraisse absurde, elle décida d’écouter la « voix » et même de lui répondre.
– Qui… Qui es-tu? Qu’est-ce que tu fais dans ma tête?! lança-t-elle en pensée, les yeux plissés.
– Toujours été dans tête. Partie de toi cachée. Rage enfouie libérée.
– C’était toi, cette sensation de chaleur?
– Cadeau pour montrer pouvoirs. Maintenant plus forte, sens accrus.
-Qu’est-ce que tu veux?
– Regarde! »

Mon avis :

      Dans ce roman, nous suivons Lou, une jeune fille de 13 ans qui est d’une timidité telle que personne ne la remarque jamais. Jusqu’au jour où brusquement, deux éléments vont bouleverser sa vie du jour au lendemain : Chris le footballeur star du lycée va s’intéresser à elle et lui propose au cours d’une soirée, de boire une substance qui lui était alors réservée. Cette substance va avoir des effets inattendus puisqu’elle va peu à peu la transformer en redoutable prédatrice. Si elle doit alors lutter contre sa nouvelle double personnalité, elle va devoir en plus sauver le reste de la communauté. En effet, le créateur du breuvage, Bénédict, menace de réserver le même sort à tous les gens de son entourage et, par conséquent, de les transformer tous en véritables monstres. S’engage ainsi une véritable course contre la montre dans laquelle Lou, aidée de ses amis, va devoir faire preuve d’ingéniosité pour mettre fin aux plans diaboliques de Bénédict. Si l’idée me plaisait beaucoup au départ, puisque les éléments qui se mettent peu à peu en place au début de l’histoire sont très intrigants, le tout est retombé un peu comme un soufflé. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de facilités narratives (même pour un roman jeunesse) mais également beaucoup de clichés ce qui tend à gâcher la lecture du roman. Finalement, les éléments sont de moins en moins crédibles et la fin est totalement décevante. Cependant j’ai beaucoup aimé le personnage de Lou qui m’a rappelé le personnage de Cerise par certains traits de caractère, la détermination et la ruse notamment. Je préfère tout de même nettement les récits de Cerise qui sont tout de même un peu plus cohérents. Ce fut donc une lecture rapide et assez plaisante mais sans plus. La fin laisse penser qu’il y aura une suite mais je ne pense pas que je vais me la procurer si c’est le cas. J’attends tout de même Joris Chamblain au tournant pour d’autres sagas ou one-shot ! 🙂

Extrait du début :

– Fuir.
Assise sur une chaise en métal, les mains attachées dans le dos et un sac en toile sur le visage, Lou sent naître à nouveau dans son ventre cette voix bestiale qu’elle connaît si bien. L’être au fond d’elle glapit et renifle le danger. Son puissant instinct la pousse à s’enfuir, comme une montée d’adrénaline qui met son corps en alerte. Mais sa conscience tente de calmer l’animal.
Avant de fuir, elle doit savoir. 

Concernant le challenge, ce roman m’a permis de rayer : un roman fantastique ! 🙂

 

Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon Messenger

Bonjour à tous !

       Aujourd’hui, je vais vous parler du premier tome d’une série qui est certainement celle que j’avais le plus envie de lire depuis un moment déjà. J’en avais entendu parler au début comme se rapprochant beaucoup d’Harry Potter donc forcément cela m’a rendu curieuse mais méfiante aussi. Puis j’ai vu que les critiques étaient plus que dithyrambiques à son sujet donc je me suis lancée ! 🙂

Couverture Gardiens des Cités perdues, tome 1

Résumé :

     Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’Histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ? 

Mon avis :

     Il est rare que je partage le coup de coeur du plus grand nombre et pourtant ce fut vraiment le cas. Je vais avoir du mal à vous exprimer l’ampleur de mon intérêt pour ce livre tant je l’ai aimé mais je vais faire de mon mieux ! Nous suivons les aventures de Sophie, une jeune fille de 12 ans qui ne se sent pas du tout à sa place parmi les humains. Une rencontre fortuite avec un garçon pour le moins spécial va changer son existence entière et lui donner la possibilité de recommencer une nouvelle vie, une vie pleine de mystère et de magie. Elle va devoir s’adapter à univers qui ne lui est pas du tout familier mais où elle se sent enfin chez elle. Alors oui, il y a de nombreux points communs entre ce premier tome et le premier tome d’Harry Potter (le fait que ce soit très jeunesse, l’héroïne n’a que 12 ans, elle rentre dans un univers qui lui est inconnu, elle va dans une école de magie et se fait une bande d’amis haute en couleur). Pourtant l’univers dans lequel évolue Sophie est bel et bien particulier. Si elle est, malgré elle, destinée à accomplir de grandes choses, elle n’en connait pas du tout les raisons puisque sa propre existence demeure un mystère pour tout le monde y comprit pour elle-même. Nous avançons donc à tâtons dans l’univers à l’instar de Sophie qui cherche à découvrir les clés de son identité et des menaces qui sévissent la Terre. J’ai beaucoup aimé le fait que les codes habituels de la fantasy soient expliqués et justifiés comme la magie qui n’est pas juste donnée comme telle aux lecteurs. Les personnages sont hyper attachants et recherchés, l’univers n’est absolument pas manichéen, à la fin du livre beaucoup de mystères demeurent même si on commence à en saisir les enjeux. La lecture est fluide et l’écriture bien qu’elle soit jeunesse n’est pas du tout simpliste. J’attends maintenant avec impatience le deuxième tome que j’ai d’ores et déjà dans ma bibliothèque et dont j’attends maintenant autant d’enrichissements que d’éclaircissements. Pour tout vous dire j’ai presque aimé autant ce livre que La Passe-miroir en beaucoup plus jeunesse quand même. Pour moi ce sont vraiment deux séries qui ont le potentiel de rivaliser avec les Harry Potter.

Citations :

Elle aurait voulu disparaître… Exactement le genre d’attention qu’elle s’efforçait à tout prix d’éviter ! La raison pour laquelle elle portait des couleurs ternes et restait toujours à la traîne ou au fond de la classe, dissimulée par les autres élèves, qui la dépassaient d’au moins une tête. Quel autre moyen avait-on de survivre quand, à douze ans seulement, on se retrouvait en terminale ?

Il consulta l’emploi du temps de Sophie et la conduisit vers le mur du fond et une porte signalée par une rune qu’elle ne pouvait lire.
-Voilà ton casier. Tu vois cette bande argentée? dit-il en désignant un rectangle brillant juste en dessous du symbole. Tu la lèches. Ton ADN sert à déverrouiller le loquet.
-C’est dégoûtant.
-Ça a bon goût .
Elle en doutait, mais tout le monde l’observait, alors elle s’exécuta.
-De la guimolle ?
-C’est l’académie qui choisit le parfum. Il change tous les jours…mais quand c’est au tour d’Elwin de décider, il faut se méfier. La semaine dernière, il a choisi poivre. On a tous éternué comme des fous.  

Concernant le challenge 2016, ce livre m’a permis de rayer : un livre avec de la magie ! 🙂

Deux petites pépites de BD jeunesse !

Bonjour à tous !

      Il y a quelque temps je suis allée emprunter deux bandes dessinées jeunesse à la médiathèque, toutes deux écrites et illustrées par Séverine Gauthier et Jérémie Almanza. Je connaissais déjà Coeur de Pierre que je voulais lire depuis longtemps car j’en avais entendu de très bons avis mais quand j’ai vu Aristide broie du noir je me suis dis que j’allais en profiter pour les découvrir toutes les deux ! 🙂

Couverture Coeur de pierre      Couverture de Aristide broie du noir

         Les deux ont été vraiment des coups de coeur pour moi, ce sont deux histoires très courtes et pourtant chargées d’émotion. Cœur de Pierre parle d’amour et de différence avec deux personnages que tout oppose, l’un né avec un coeur de pierre, incapable d’aimer et l’autre débordant d’amour et avide de le partager. Tandis qu’Aristide broie du noir parle de la peur du noir, d’insomnie et de dépression : Aristide n’arrive pas à dormir la nuit puisqu’il est effrayé par tous les monstres qu’il voit dans sa chambre lorsque les lumières s’éteignent, persuadé qu’ils veulent sa meurt. Il veille donc jusqu’au levé du jour ce qui rend sa vie sociale et scolaire totalement impossible. Ces deux BD abordent donc des sujets très difficiles surtout puisqu’elles sont destinées aux enfants et pourtant elles sont écrites d’une manière tellement délicate et poétique, portée par de magnifiques dessins qu’elles sont au final toutes douces et toutes mignonnes. L’ambiance de l’histoire et les illustrations ne sont pas sans nous rappeler l’univers de Tim Burton ce que j’ai particulièrement apprécié. Bref je les recommande toutes deux plus que fortement aux petits comme aux plus grands, je pense que ce sont des histoires qui peuvent résonner dans le coeur de tout le monde ! 🙂

Voici quelques planches pour le plaisir des yeux :

Cœur de Pierre 

PlancheS_37774.jpgplanches.jpg

Aristide broie du noir :aristide1 (1).jpg

9782756011530-11063-large-aristide-broie-du-noir-aristide-broie-du-noir.jpg

Les carnets de Cerise, tome 3 : Le dernier des cinq trésors de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Bonjour à tous !

       Aujourd’hui je reviens avec le troisième tome d’une série de BD jeunesse que j’aime beaucoup : Les carnets de Cerise ! (Si vous souhaitez découvrir la chronique du premier tome, c’est par ici)  Je suis ravie qu’elle devienne de plus en plus connue car elle le mérite amplement ! 🙂

couv70172615.jpg

Résumé :

       Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commence à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux…  Cette fois, elle s’intéresse à Sandra… Son atelier de reliure regorge d’ouvrages anciens. Mais il en est un qu’elle n’a jamais réparé. Pourquoi ? Savait-elle seulement qu’il était là ? Et quels sont ces cinq trésors lies à la vie de la jeune femme ?
Cerise, Line et Erica vont suivre ensemble ce jeu de piste, cette enquête à tiroirs, pour tenter de rendre à Sandra ce qu’elle a perdu, il y a tant d’années…

Mon avis :

      Tout d’abord il faut souligner que la couverture est magnifique comme toutes les autres et nous plonge très bien dans l’ambiance de l’hiver, car cette fois, les aventures de Cerise se déroulent pour mon plus grand plaisir, pendant la période de Noël ! Je vais me répéter mais comme les autres fois, les dessins m’ont émerveillée et l’histoire m’a touchée et émue. Cette bande-dessinée a le point fort d’être orientée jeunesse mais est également très adulte par la façon dont elle aborde des sujets relativement difficiles. Cerise a bien grandit dans ce tome, sa façon de percevoir les choses a changée et on voit que ses aventures lui permettent d’évoluer peu à peu. J’ai beaucoup aimé le fait qu’il y ait une réelle continuité entre chacun des tomes : on découvre une nouvelle aventure à chaque fois mais en même temps on avance aussi dans l’histoire de Cerise.  En bref, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous recommande très fortement de craquer pour cette magnifique bande-dessinée ! 😀

Et si je ne vous ai pas encore convaincu, voici un extrait  :

Afficher l'image d'origine

Anya et tigre blanc de Fred Bernard et François Roca

Bonjour à tous !

        Premier livre, ou plutôt un album pour le challenge Cold Winter : Anya et tigre blanc de Fred Bernard et François Roca ! J’ai acheté cet album au salon de Montreuil parce que j’ai craqué pour les illustrations et en plus j’ai réussi à me le faire dédicacer grâce à ma jojo (merci à toi si tu passes par là) 😀

Anya et tigre blanc

Résumé :

      Dans un pays enneigé, où règne un roi dur et injuste, sévit une terrible malédiction qui frappe les enfants nés la même année que l’unique héritier. Les uns après les autres, année après année, les enfants disparaissent… et on n’entend plus jamais parler d’eux. Anya fait partie de cette génération perdue. Privée de son frère jumeau, enlevé bébé, la jeune fille grandit en compagnie de son tigre blanc, la rage au cœur. Menacée, elle est bien décidée à affronter le danger lorsque celui-ci se présentera. 

Mon avis :

      Je lis trop rarement des albums et pourtant j’adore ça. Même si ce sont des albums destinés  aux enfants à la base (celui-ci à partir de 9 ans je pense), je ne peux pas m’empêcher de craquer pour les illustrations et celles-ci sont vraiment sublimes. L’histoire est racontée par le temps « qui passe », dans un pays où règne le froid, où les animaux sont les amis des humains, un mystère semble menacer cette harmonie : chaque années des enfants né d’une même année disparaissent. Anya courageuse et intrépide et son fidèle ami tigre blanc, vont tenter de résoudre ce mystère et déjouer les plans de cette menace dont elle ne connait pas le visage. A chaque page, une magnifique planche qui nous fait plonger totalement dans le monde fantastique d’Anya et qui n’est pas sans rappeler celui de Game of Thrones. L’histoire est juste un peu trop rapide à mon goût mais sinon c’est un album que j’ai vraiment apprécié et que je vous recommande fortement ! 

Voici une des planches (l’une de mes préférées d’ailleurs ) :

anya-et-tigre-blanc-696637 (1).jpg

     Concernant le challenge 2016, cela m’a permis de rayer : un livre avec une fille qui mène le jeu !

Pierre, feuille, ciseaux de Catherine Kalengula

Bonjour à tous !

           Aujourd’hui, je vais vous parler d’une auteur jeunesse que je ne connaissais pas jusqu’à maintenant : Catherine Kalengula et plus particulièrement de son roman : Pierre, feuille, ciseaux. Je ne sais plus comment je l’ai connu en premier lieu, mais j’en avais entendu pas mal d’avis positifs et j’ai eu raison de le prendre car cela m’a fait une bonne lecture rapide et distrayante pour l’été !

Couverture Pierre, feuille, ciseaux


Résumé :

        Alice a perdu ses parents dans un accident de voiture. Accueillie par sa grand-mère qui vit à Oxford en Angleterre, elle s’enferme peu à peu dans une bulle de solitude et de souffrance.
Shane est un jeune homme rebelle et torturé. Adopté par un couple d’Anglais lorsqu’il était petit, il sent que ses origines coréennes et la difficulté d’être différent l’éloignent de ses parents adoptifs. Artiste contrarié, il se console dans les bras de jeunes femmes qu’il rejette ensuite sans scrupules. Tout sépare donc Alice et Shane, qui vont se trouver pourtant être réunis, le temps d’une panne d’ascenseur. A la faveur de l’obscurité, les carapaces se fissurent, des liens se nouent, une étincelle naît. Alice parviendra-t-elle à apaiser la colère et la violence de Shane ? Shane pourra-t-il redonner à Alice le goût de la vie ?

Mon avis :

           J’avais très peur que ce roman enchaîne les clichés comme souvent ont tendance à le faire les livres du même genre. Malheureusement, ils ne sont pas totalement évités ici, surtout par rapport au personnage de Shane. Mais j’ai réussi à passer outre car l’histoire en générale est assez plaisante. Nous suivons Alice qui vit chez sa grand-mère à Oxford depuis que ses parents sont morts dans un accident et Shane, enfant adopté qui ne se sent à sa place nulle part. Tous les deux vont se rencontrer par un hasard total et à partir de ce moment, leur vie va en être bouleversée. J’ai beaucoup aimé le fait que le récit soit alterné, cela en rend la progression plus fluide. Cependant j’ai regretté certaines évolutions trop rapides, ce qui nuit à la crédibilité de l’histoire. La fin est aussi bien trop rapide et surtout trop « happy end » à mon goût. Leurs problèmes respectifs se trouvent effacés par magie du jour au lendemain et ça, on sait tous que ce n’est juste pas possible. Bref cela reste une bonne lecture ado, pas trop nian nian et l’histoire d’amour est quand même sympa, surtout si vous aimez les relations « chat-souris ». 🙂

Extrait :

 -Tu as un copain ?
– Non. Si toi tu crois au petit chaperon rouge, moi je crois pas du tout au prince charmant.
– Ah bon ? Toutes les filles n’en rêvent-elles pas ?
– Quand elles sont petites, sans doute. Mais, même dans les contes de fées, les princes soi-disant charmants sont en réalité de gros mufles.
– Tu vas un peu loin là, non ?
– Ecoute. Comment appelles-tu un mec qui embrasse une fille alors qu’elle est plongée dans un profond sommeil à cause d’un sortilège et qu’elle n’a donc pas la possibilité de donner son avis ?
– Tu as raison. Les princes charmants sont d’horribles salopards. Mais le baiser n’est-il pas justement le remède qui permet de réveiller la belle et douce princesse ?
– Un odieux stratagème, oui !

Les Penderwick : l’été de quatre soeurs, de deux lapins et d’un garçon très intéressant de Jeanne Birdsall

Bonjour à tous !

      Me revoici aujourd’hui pour vous parler de ce roman au titre à rallonge que je ne m’aventurerais pas à citer une deuxième fois ! Ce roman occupe une place dans ma bibliothèque depuis au moins dix ans et je ne sais absolument pas pourquoi je ne l’ai jamais lu avant, il y a des livres comme ça, on se dit qu’on va se jeter dessus et dix ans plus tard, on ne les a toujours pas ouvert… Pourtant, je me souviens que dans la librairie, il avait attiré mon attention avec son titre et cette couverture que j’adore, d’ailleurs, merci Pocket d’avoir gardé la couverture anglaise ! 😉  Je l’avais sans doute acheté pour des vacances et j’étais vraiment contente de l’avoir mais bon maintenant je suis encore plus contente de l’avoir lu, enfin !

Couverture Les Penderwick : L'été de quatre soeurs, de deux lapins et d'un garçon très intéressant

Résumé

        Envie de vacances inoubliables ? Dépaysement garanti avec les sœurs Penderwick ! Cet été, une surprise attend les quatre filles et leur père adoré.
Au lieu du pavillon délabré prévu, la famille se retrouve dans une magnifique propriété. Les filles ne tardent pas à découvrir la magie des vastes jardins, des greniers remplis de trésors, deux lapins timides, et le meilleur pain d’épice au monde. Mais leur plus intéressante trouvaille, c’est le fils de la glaciale propriétaire des lieux. Un parfait et mystérieux compagnon pour des vacances de rêve… 

Mon avis :

       Dans ce roman, nous suivons la famille Penderwick composée de quatre soeurs aussi différentes qu’attachantes et du père qui aime lancer des tirades en latin de temps en temps. La famille va s’installer pour les vacances dans une propriété majestueuse qui recèle bien des secrets et des trésors. C’est le genre de lecture idéale pour l’été, j’ai toujours adoré les histoires de maisons anciennes et mystérieuses et de vacances survoltées. Je pense que ce roman est largement destiné à un jeune public et je l’aurais certainement encore plus aimé si je n’avais pas attendu pour le lire, ( bien fait pour moi ! ) c’est le genre d’histoire qui m’aurait tenu en haleine toute la nuit ! Ce fut quand même une lecture très plaisante, bien que je regrette qu’il n’y ai aucun élément fantastique dans cette histoire alors que j’étais persuadée du contraire, je ne sais pas pourquoi… Par contre j’ai adoré chacune des sœurs Penderwick avec une légère préférence pour Skye car c’est celle qui me ressemble le plus je pense. J’ai aussi apprécié la plume de l’auteur pleine d’humour et de tendresse. Je pense qu’elle sait captiver les enfants, en tout cas, même avec moi, le charme a opéré 😉 Je lirais le deuxième tome et cette fois sans trop attendre, promis !

Extrait :

« Au moment où commence cette histoire, Linotte n’a que quatre ans, Rosalind en a douze, Skye onze, et Jeanne dix. Elles sont dans la voiture en compagnie de M. Penderwick et de Crapule. La famlle est en route pour Arundel et, pas de bol, ils sont perdus. »