Le Front russe de Jean-Claude Lalumière

Bonjour à tous !

          Cela fait longtemps que je n’ai pas publié de nouvelles chroniques et j’en suis désolée.  Avec mes cours, j’ai du mal à trouver le temps de lire des livres pour moi et non pour les cours…
Enfin bref, j’ai terminé cette semaine le Front russe, de Jean Claude Lalumière, que l’on m’avait conseillé, heureusement, car je pense que sinon je ne l’aurais jamais lu et j’ai eu un petit coup de coeur pour ce roman !

Couverture Le Front russe

Résumé :

              Quand on rêve de voyages, le ministère des affaires étrangères semble tout indiqué pour faire carrière mais quand les rouages de l’administration se grippent, tout se complique…

Mon avis :

        Ce roman est une pépite d’humour et de cynisme. Nous suivons « Monsieur La poisse » qui rêve de voyages et d’exotisme, essayer de faire carrière au Ministère des Affaires étrangères. Sauf que son ambition va être mis à mal lorsque suite à un fâcheux incident, il se retrouve dans un service obscur où tout le monde semble complètement barges : le « bureau des pays en voie de création- Section Europe de l’Est, en Sibérie ». Il va faire face à de nombreux désastres et aller de désillusions en désillusions. Le récit est parfois ponctué d’anecdotes sur la vie du narrateur qui font sourire car elles rappellent des situations que l’ont connait tous ( la douleur de marcher sur un Légo par exemple ).
            J’ai adoré le ton caustique employé par l’auteur ainsi que l’originalité de ce roman. Il se lit très facilement et est assez court. La fin du roman tranche un peu avec la légèreté du reste ce qui est surprenant mais c’est aussi bien comme cela. Je lirais certainement d’autres romans de cet auteur dont la plume me fait un peu penser à celle de Jean-Phillipe Blondel, que j’aime beaucoup également .

Bref un roman qui fait sourire voir même parfois éclater de rire, et qui se lit très vite. Je le recommande !

Citations :

Ce trait d’humour détendit un peu l’atmosphère, et tout le monde rit avec modération à la blague de notre chef. Rire avec modération à la blague du chef est un précepte à garder à l’esprit si l’on veut survivre en milieu administratif. Mais ce rire doit cependant être modéré si l’on ne veut pas passer pour un lèche-bottes auprès de ses collègues. C’est un dosage difficile, un équilibre malaisé lorsqu’on débute, mais bien vite on acquiert ces automatismes.

Cette vision aurait dû me transporter, mais entendre Aline maugréer annihilait l’enchantement du panorama. C’était comme écouter des lieder de Schubert en mangeant des Krisprolls.

 

Publicités

4 réflexions sur “Le Front russe de Jean-Claude Lalumière

    • J’ai également été ravie d’avoir pu vous rencontrer, c’est très sympathique de votre part de prendre le temps d’échanger avec vos lecteurs, même sur des petits blogs tel que le mien. J’ai hâte de commencer la lecture de « La campagne de France ». A bientôt je l’espère,
      Pauline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s